Comment faire des exercices musculaires en salle avec un VTT ?

Vous envisagez de participer à une compétition de VTT ? Vous êtes fans de randonnée cycliste ? La pratique du vélo à travers de ce genre de discipline fait de plus en plus d’adepte. Avant chaque épreuve, il est conseillé de s’adonner à quelques exercices de musculation spécifiques. L’amateur devra alors faire trois séances hebdomadaires pour bénéficier des meilleurs résultats. En dehors de l’entrainement en extérieur, voici quelques idées d’exercices à faire en salle pour développer votre musculature de cycliste.

Pourquoi faire des exercices de musculature avec un VTT ?

Ce parcours vise le renforcement de votre capacité de pédalage. Les exercices sollicitent les éléments mécaniques et chimiques de vos muscles que ce soit en termes de puissance ou de résistance. L’entrainement musculaire vous évite également éventuelles chutes et accidents. D’autant plus qu’un exercice musculaire de la partie supérieure du corps est nécessaire pour faciliter les manœuvres au cours des descentes dangereuses. Vous aurez ainsi la possibilité de traverser des zones délicates sans problème, mais aussi grimper correctement.

Le fonctionnement des exercices avec un VTT

L’exercice consiste à développer votre puissance. Positionnez vous donc sur la pointe de pieds à l’aide d’une jambe, sur des exercices de longue durée. Pour la reproduction des contraintes de « force puissance », rencontrées au cours des parcours compliqués, il faut des sessions courtes et lourdes. Il faut des exercices durables de force endurance : sur chaise à quadriceps ou sur banc à ischiojambiers. Puis, il faut des exercices brefs pour vous offrir les sollicitations adéquates au VTT. La posture du buste ne change pas, il faut maintenant une pointe des pieds appuyée en avant et une autre en arrière. Vous pourrez alors ralentir la flexion durant les exercices.

Les exercices du tronc et des bras comportent les développés couchés ainsi que les tirés perpendiculaires au buste. Lors du travail, optez pour une posture avoisinant celle dont vous vous servez lors du pilotage : coude en dessous des épaules et les paumes des mains vers les pieds. Pour faire travailler les fléchisseurs des doigts, il faut bien serrer les poignées. Veillez à faire plusieurs répétitions dotées d’une grande légèreté de charge. Avec une flexion des coudes à 45°, insérez les blocages de stabilisation du buste. Poursuivez avec des exercices spasmodiques. L’accélération de la posture intermédiaire est utile pour la reproduction de la traversée des obstacles. Les abdominaux et les exercices des paravertébraux sont aussi recommandés.

Quels exercices pour quels résultats ?

Pour renforcer vos capacités d’encaissement et de réceptions de saut, il est conseillé d’améliorer votre « force de freinage ». Cela vous permettra de mieux appréhender les singularités du terrain dans le cadre d’une épreuve en extérieur. Le quadriceps étant le principal facteur de retard à cet effet, veillez à accroitre sa charge de travail régulièrement au cours des entrainements en salle.

Ceux qui utilisent un vélo automatique devront se concentrer sur l’optimisation de leur pédalage. Pour cela, il faudra se concentrer sur les facteurs de flexion du genou dont les mollets et les muscles ischiojambiers qui se situent sur la partie postérieure de la cuisse. Cet exercice est efficace pour favoriser le pédalage sans pour autant impacter la force de pression que vous appliquerez dans le cadre d’une séance en vélo classique.

Vous souhaitez acquérir les qualités psychomotrices utiles pour votre discipline ? La session du « vélo en salle » vous permettra d’appréhender au mieux la gestuelle spécifique adaptée à cette dernière ainsi que de trouver la posture la plus adéquate pour votre bien-être. Le « vélo de salle » est aussi une bonne alternative pour s’échauffer et pour apprécier le calme de la pratique du cyclisme.

Mentions Photos : nordictrack.fr ; docdusport.com

Partagez cet article sur :